Choisir son terreau

Le terreau (ou substrat) est un matériau qui sert à cultiver des plantes « hors sol », c’est à dire dans des contenants comme des pots, des bacs ou des jardinières. Il peut également être incorporé dans le sol pour améliorer la qualité de la terre d’origine.

Le terreau a 4 rôles essentiels :

-> l’ancrage : les racines se développent dans le terreau et permettent l’ancrage de la plante.

-> la réserve d’eau : le terreau joue le rôle d’une éponge capable d’absorber l’eau et de la restituer petit à petit à la plante.

-> le garde manger : le terreau constitue une réserve en éléments nutritifs pour la plante.

-> le bol d’oxygène : le terreau emprisonne de l’air et donc de l’oxygène, indispensable au bon développement des racines.

 

Les caractéristiques d’un bon terreau : 

-> sa grande porosité : qui facilite à la fois une forte rétention en eau et son drainage en cas d’excès du à la pluie ou à une arrosage trop fréquent.

-> sa capacité de rétention en eau : qui permet de réduire la fréquence des arrosages et qui doit être égale ou supérieure à 600ml d’eau/litre de terreau (sauf terre de bruyère).

-> sa stabilité : le terreau ne doit pas se tasser, se décomposer, ou se colmater au fil du temps.

-> son pH : il correspond à l’acidité du terreau. Les plantes ont en général besoin d’un pH compris entre 5,5 et 6,5. Pour les plantes acidophiles en revanche, comme les azalées ou les rhododendrons, il doit être inférieur à 5,2.

-> sa conductivité électrique : qui mesure la capacité du terreau à apporter aux plantes les éléments nutritifs qui leurs sont nécessaires. Elle doit en général être comprise entre 25 et 85mS/m et entre 9 et 30mS/m pour les plantes acidophiles.

-> son innocuité : il ne doit pas comporter de champignons et insectes pathogènes, de graines de mauvaises herbes, ni aucun autre élément qui pourrait être nocif aux plantes ou à leur croissance.

 

Bon à savoir : comme l’exige la législation française, tous les terreaux que nous vendons sont conformes à la norme NF U 44-551, et les caractéristiques essentielles du terreau figurent sur son emballage.

 

Reconnaître un bon terreau 

Contrairement à certaines idées reçues, un terreau fin, noir et compact, à l’aspect « marc de café »n’est pas de bonne qualité.

Un bon terreau contient des particules fines et des particules plus grosses, garantes du juste maintien de l’humidité.

Même bien sec, un terreau de qualité se ré-humecte très facilement. Laissez le substrat sécher entre 2 arrosages : lorsque que vous arroserez à nouveau, l’eau doit s’infiltrer rapidement dans le terreau sans stagner à la surface.

Même tassé, un bon terreau se désagrège facilement et ne reste pas compact. A l’inverse, ce n’est pas non plus de la poudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *